jeudi 25 avril 2024
AccueilÀ la uneGreg Matter - L'Alsace en escapades

Greg Matter – L’Alsace en escapades

Sur les réseaux sociaux, Grégory Matter, ou Greg puisqu’il préfère, est surtout l’Escapadeur. Depuis six ans, le Strasbourgeois n’a qu’un crédo : inviter à découvrir les alentours de sa ville, à pied, à vélo ou en transports communs. Ses vidéos de bonnes idées ou astuces, où il se rend aux quatre coins de l’Alsace et même au-delà des frontières, récoltent des milliers de vues sur Instagram et TikTok.

Avant Escapadeur, vous avez suivi une formation dans la communication et la publicité. Quel a été votre parcours professionnel jusqu’à maintenant ?

Dans ma vie professionnelle, depuis 2010, je suis consultant en gestion de projets web et réseaux sociaux. En gros, j’accompagne des entreprises à créer du contenu :
développer une page Facebook, communiquer en textes, images ou vidéos, etc. Petit à petit, l’activité a commencé à grandir avec l’essor des réseaux, donc je me suis entouré d’une équipe, et l’agence de communication Blackblitz est née. Ce chapitre a duré jusqu’en 2018, lorsque j’ai pris la décision de me lancer en solo. Je travaille avec tous types de professionnels. Tous ont des besoins similaires.

Escapadeur est né à ce moment-là. Qu’est-ce qui a motivé cette création ?

Depuis mes débuts dans le monde du travail, j’ai toujours essayé de respecter le « 80-20 » : 80 % du temps consacré à l’activité professionnelle et 20 % à des side project. Trouvant que j’avais quelques lacunes rédactionnelles et de synthétisation, j’étais à la recherche d’un projet qui pouvait servir à m’améliorer. Ce sont des amis, en randonnées, qui me demandaient souvent comment je parvenais à trouver toutes ces idées de sorties, ces bonnes adresses et ces astuces. C’est ainsi que j’ai commencé à les lister sous forme d’article sur un site internet, en parallèle de mon activité professionnelle. Au lancement, j’écrivais déjà sur ce qu’il était possible de faire dans la région et ses alentours, à pied, à vélo ou en transports en commun. Dans ces articles, j’ajoutais des photographies, c’était un retour à mes premiers amours.

Les randonnées occupent une grande place sur Escapadeur. / ©Dor
En 2023, votre site internet a été visité près de 500 000 fois, mais ce n’est rien à côté des vidéos sur les réseaux sociaux !

Effectivement. C’est en 2021 que j’ai voulu développer une nouvelle compétence : créer des vidéos grand public. Dans un premier temps, mes premières créations étaient simples. Je transformais simplement les articles existants en vidéos. Dans un second temps, j’ai commencé à raconter des histoires sur Strasbourg, en évoquant notamment le tombeau sous la Place Kléber et même les œuvres d’art le long du tracé du tram. Aujourd’hui, je consacre des vidéos à des escapades proches ou lointaines, à des découvertes de restaurants et de lieux en tout genre. L’objectif est de montrer aux gens que nous vivons dans une belle région, nous l’oublions trop souvent. Je suis le premier impressionné des chiffres de 2023. J’en suis très content.

Quel est votre processus créatif ?

Sur chacune de mes vidéos, un très gros travail éditorial est nécessaire. Pour un voyage, par exemple, j’effectue beaucoup de recherches en amont. Sur place, je réalise des tests. Des choses me plaisent, d’autres moins. Certains contenus ne sont même pas publiés. Pour des tests de restaurants, il m’arrive d’y aller plusieurs fois avant le tournage, pour me faire une idée du lieu. Le tournage est sûrement la partie qui prend le moins de temps. Ce qui en prend le plus, c’est la rédaction du script, l’écriture, la prise d’informations, l’analyse, etc. En fonction des vidéos, je peux aussi m’entourer d’une équipe. Tout dépend si une communication commerciale est incluse ou non.

Vous parlez de communication commerciale. Est-ce qu’Escapadeur contribue à vos revenus ?

Ma communauté étant grandis-sante et de plus en plus importante, j’ai la chance d’avoir des marques qui s’intéressent à mes contenus et qui me financent. Mais attention, les partenariats rémunérés ne sont pas systématiques. J’essaie de me limiter à un ou deux par mois, car ça prend beaucoup de temps. Je n’ai pas non plus envie d’être une chaîne de partenariats rémunérés. Et quand il y en a, je m’entoure d’une équipe, que je rémunère également. Un des derniers en date est celui où je présente trois vins d’Alsace à déguster au printemps, au sein du bar l’Alsace à boire, qui me finance.

Toujours dans le thème de l’argent, dans vos vidéos, vous montrez que voyager peut être accessible à toutes les bourses. C’est un aspect important pour vous ?

Oui, les coûts sont importants. Les gens pensent que le train est cher. C’est comme si vous alliez acheter une pizza dans une enseigne connue. Personne ne va payer sa pizza 25 €, il y a toujours des astuces pour réduire les coûts. L’année dernière, par exemple, j’ai découvert le billet Interrail, qui permet de voyager à tarifs réduits dans toute l’Europe, sans compter son pays de résidence. En Alsace, nous avons une chance que d’autres n’ont pas : la frontière. Il est très simple de se rendre à l’étranger. Si j’arrive à montrer aux gens que voyager en train est plus confortable, moins cher et plus respectueux de l’environnement, je le fais. Après, l’idée n’est pas de dénigrer les autres modes de transport et de faire du prosélytisme. Il suffit d’avoir les bonnes informations au bon moment.

Le printemps approche. Quelle est l’actualité d’Escapadeur ?

Cette année, j’aimerais proposer une escapade en train à faire depuis Strasbourg une fois tous les deux mois. Il y a eu la Hongrie et la Norvège récemment. Au printemps, je partagerai des idées de sorties à vélo et des randonnées à faire en Alsace. Il y aura aussi des restaurants et des cafés. Beaucoup de contenus tournés l’année dernière seront publiés ces prochains mois. Mon planning est déjà bouclé jusqu’au mois de juin.

ARTICLES SIMILAIRES

LES PLUS POPULAIRES