vendredi 21 juin 2024
AccueilÀ la uneThom Gicquel - Pour l’ace olympique

Thom Gicquel – Pour l’ace olympique

Thom, pour commencer, vos débuts dans le badminton sont assez surprenants. Vous avez cumulé deux sports pendant longtemps, mais pourquoi avoir choisi l’un plutôt que l’autre ?

Thom Gicquel : Effectivement. De 6 à 12 ans, je pratiquais du football et du badminton. Même si j’étais plus « footeux », j’étais meilleur au badminton, donc j’ai décidé de mettre toutes les chances de mon côté. De plus, l’ambiance dans ce sport était plus agréable qu’au football. À 17 ans, j’ai intégré l’INSEP à Paris et j’ai changé de club, en rejoignant le Red Star Mulhouse.

En tant que jeune joueur, vous jouez sur les trois tableaux : simple, double et double mixte. Comment s’est faite votre spécialisation ?

Thom Gicquel : Ça s’est fait naturellement. Mon corps et mes caractéristiques techniques correspondent mieux au double. Je suis endurant et j’aime quand ça va vite. À l’âge de 16-17 ans, les coachs nationaux m’ont orienté vers cette spécialisation. Aujourd’hui, je ne fais plus que du double mixte.

Votre partenaire est Delphine Delrue depuis de longues années. Quelle est l’histoire de cette paire ?

Thom Gicquel : Avec Delphine, nous avons intégré l’INSEP au même moment, il y a huit ans. Nous sommes la première génération à avoir été champions d’Europe par équipe chez les jeunes. Ça a très vite matché. Les résultats ne se sont pas fait attendre. Plus on joue ensemble, mieux on se connaît et plus la performance s’améliore. Des automatismes se sont créés.

La paire représentera la France aux Jeux olympiques de Paris 2024. / ©Badmintonphoto
Quelle est votre plus belle victoire ?

Thom Gicquel : Ma plus belle victoire est récente, c’est le titre de champion d’Europe en double mixte obtenu en avril à Sarrebruck, en Allemagne, aux côtés de Delphine Delrue. C’est mon premier titre international, mais aussi le premier pour l’histoire du badminton français. Cette victoire était belle. On s’en souviendra tous.

Parlons maintenant des Jeux olympiques. En 2021, vous étiez aligné pour Tokyo aux côtés de Delphine Delrue. Tout ne s’est pas passé comme souhaité…

Thom Gicquel : J’ai plutôt mal vécu les Jeux olympiques de Tokyo. J’étais déçu de mon niveau de jeu. Nous avions une bonne poule, mais nous n’avons pas réussi à en tirer profit, ni même en sortir. C’était frustrant. De plus, pour une première aux JO, on s’imagine des trucs de dingue, mais sans public ça perd tout de suite son charme. Malgré tout, j’estime que nous avons beaucoup appris pour la suite.

Il y a quelques semaines, vous avez appris votre sélection pour Paris 2024. Comment allez-vous préparer cette compétition ?

Thom Gicquel : Malheureusement, nous ne participerons peut-être pas aux dernières compétitions avant les Jeux, Delphine ayant été opérée à la suite d’une maladie. Cependant, elle sera opérationnelle pour la préparation. Pour être le plus prêts possible, nous essaierons de faire venir un maximum de sparrings étrangers pour nous entraîner au mieux. Nous savons que participer aux Jeux dans son pays, c’est exceptionnel. Il faudra tout de même les préparer de la même manière que les autres, en étant encore plus pointilleux sur chaque détail. Nous allons davantage travailler sur la préparation mentale, pour apprendre à gérer ce genre d’événement.

 

ARTICLES SIMILAIRES

LES PLUS POPULAIRES