vendredi 21 juin 2024
AccueilLES ACTUSAutour d’ObernaiNiedernai - Une reconversion qui coule de source

Niedernai – Une reconversion qui coule de source

Après avoir travaillé 31 ans dans une entreprise de métallurgie, Nathalie Voirpin voulait du changement. À 52 ans, elle a décidé d’apprendre la tapisserie d’ameublement et propose depuis peu ses services de restauration et de création.

C’est lors d’un voyage à Tahiti que Nathalie a eu le déclic. La « zen attitude » de la Polynésie l’a convaincu, il fallait lever le pied et changer de rythme de vie. « J’ai toujours aimé bricoler, fabriquer, mes amis disent que je maîtrise tout, sauf l’électricité ! », plaisante-t-elle. Pendant son temps libre, elle se fascine par des tutoriels vidéo de confection de fauteuils. « Je voulais savoir comment créer un fauteuil, comprendre sa composition, son architecture, ça m’a très rapidement passionné parce que quand on regarde ça a l’air si simple… et pourtant ! ». Pour se former, elle obtient un CAP tapisserie et apprend les différentes techniques de travail : « C’était un challenge pour moi, je ne savais pas si j’en étais encore capable. J’aurais pu ouvrir mon entreprise sans le diplôme, mais je le voulais, car c’est une forme de reconnaissance ». Quand elle l’annonce à ses proches, ils ne sont absolument pas surpris : « Ils m’ont presque tous dit : enfin, tu te réveilles et tu vas travailler pour toi » !

Avoir des trésors sans le savoir

Nathalie est partisane de l’esprit de recyclage, pour elle rien ne se perd, tout se transforme. :« C’est un métier d’avenir, il faut arrêter de jeter pour notre planète et ça passe aussi par les sièges. J’ai toujours été comme ça. Même lorsque je rince un couteau, je mets un récipient en dessous pour récupérer l’eau et arroser mes plantes ». Avec l’aide de son mari, elle a construit un petit local tout en bois juste à côté de son domicile dans lequel elle peut exercer son nouveau métier : « Et quand je parle de ma profession, j’ai souvent de bonnes surprises, les gens se souviennent soudain qu’ils ont au grenier un vieux fauteuil de leur grand-mère dont ils ne savent que faire. Avec un nouveau look, l’objet se transforme tout en conservant son ADN d’origine. Beaucoup ne se rendent pas compte qu’ils ont de véritables trésors dans leur maison ! Une fois restauré, cela devient de très beaux objets », conclut la tapissière.

L’info en plus

Nathalie Voirpin souhaiterait à l’avenir, participer à un salon des métiers de l’artisanat afin de faire découvrir son métier.

Lucie d’Agosto Dalibot

ARTICLES SIMILAIRES

LES PLUS POPULAIRES