8.9 C
Obernai
8.8 C
Molsheim
9.2 C
Erstein
dimanche 25 février 2024
AccueilSPORTSHandballHandball - Molsheim Olympique Club : « Nous sommes à la croisée...

Handball – Molsheim Olympique Club : « Nous sommes à la croisée du monde amateur et du monde pro »

Fondé en 1968, le Molsheim Olympique Club, abrégé MOC, est un des plus grands clubs de handball bas-rhinois. Ces dernières années, son équipe fanion masculine a enchaîné les montées. Aujourd’hui en National 1, son objectif est d’y rester et de s’installer durablement sur le podium. Pour y arriver, Laurent Schott, le responsable technique du MOC, entend faire rimer performance et bienveillance.

Maxi Flash : Laurent, pour commencer, quelle est l’actualité du MOC ?

Nous avons près de 270 licenciés, ce qui fait de nous un des plus grands clubs bas-rhinois en nombre de licenciés. Notre équipe fanion masculine joue en National 1 (N1), et la féminine en prénationale. Nous essayons de mener ces deux équipes de front. Derrière, nous essayons de tirer vers le haut toutes les catégories de jeunes, afin d’alimenter dans les prochaines années nos équipes séniors. Nous sommes à la croisée du monde pro et du monde amateur, donc nous avons besoin de tout le monde. Nous avons besoin de toutes les forces vives du club pour le faire vivre. Le club, ce sont ses membres.

En 2017-2018, l’équipe fanion masculine terminait deuxième de sa poule et accédait en N2, pour les 50 ans du club. Qu’est-ce qui s’est passé depuis ?

L’année dernière, nous avons accédé à la N1. C’est le fruit d’un travail sur plusieurs années. Des montées successives, ce n’est pas simple sportivement, mais aussi pour l’organisation du club. On s’est retroussé les manches et on a relevé le challenge. Nous souhaitons nous installer durablement en N1. Nous avons des ambitions. Nous regardons plus vers le haut que vers le bas. D’ici 2-3 ans, nous aimerions figurer sur le podium de la compétition, toujours dans l’idée d’insuffler une dynamique et de faire progresser les autres.

Si le début de saison était compliqué, l’équipe a su trouver une stabilité match après match. Est-ce de bon augure pour le reste de la saison ?
L’équipe fanion a eu un peu de mal au démarrage, c’est vrai. Il y a une différence colossale de niveau dans le jeu d’une division à une autre. Nous avons mis un petit peu de temps à la digérer. L’arrivée de Bruno Boesch en octobre nous a permis de bien travailler sur nos points faibles. Nous avons trouvé un rythme de croisière avec un certain niveau et une bonne qualité de jeu. Le tout se concrétise avec des résultats. Ces derniers sont très importants même si nous sommes à un niveau amateur. Ça nous permet de travailler plus sereinement sur l’organisation du club et les partenaires, par exemple.
Petit point sur l’effectif maintenant. Maël Anzuini, un ancien de l’ESSAHB, vient de rejoindre vos rangs. Qu’est-ce qu’il peut vous apporter ?
Maël va nous apporter une orientation et son expérience de la Proligue (D2), malgré ses blessures à répétition ces deux dernières années. De notre côté, nous allons lui apporter du temps de jeu pour se reconstruire sportivement, musculairement et mentalement. Lui, ça lui permet de se relancer. Et nous, ça nous permet d’avoir un bon élément pour la saison.

Derrière, il y a l’équipe “deux”, qui évolue en honneur et dont vous êtes à la tête. Quelles sont les ambitions ?
L’équipe deux, c’est notre passerelle entre nos moins de 18 ans et l’équipe fanion. Notre objectif est d’y intégrer des jeunes pour qu’ils glissent progressivement vers la
« une ». Chaque année, c’est un travail que l’on doit recommencer. C’est un boulot passionnant à la croisée de différents chemins.

L’équipe « Une » des filles évolue en prénationale. / ©Dr

Chez les filles, la « une » est en difficulté en prénationale et que la « deux » campe dans la moitié de tableau de départementale. Que pouvez-vous en dire ?
C’est la première année que les filles atteignent ce niveau. Cette saison doit être un apprentissage, et non pas un échec. Si d’aventure elles étaient amenées à redescendre, l’objectif de l’année prochaine serait la remontée. L’an dernier, les filles ont marché sur le championnat et cette année, avec presque le même groupe, elles sont en difficulté. D’un niveau à l’autre, le niveau de jeu est nettement rehaussé, il ne faut pas l’oublier.
Le prochain match à domicile de l’équipe fanion du MOC sera le 11 mars à 20h30, dans la Salle Atalante de Molsheim.

Léo Doré

ARTICLES SIMILAIRES
- Publicité -

LES PLUS POPULAIRES