mercredi 22 mai 2024
AccueilLES ACTUSAutour d’ErsteinRhinau - Le passé de l’Usine List

Rhinau – Le passé de l’Usine List

Lors de la traversée de Rhinau, juste après l’entrée nord-ouest de la ville, il est presque impossible de ne pas le voir. Un énorme bâtiment désaffecté se dresse et fait de l’ombre à un tout nouveau lotissement : l’usine H. List. Construite pendant le Second conflit mondial, elle est l’un des rares témoins d’architecture industrielle militarisée en Alsace.

Le bâtiment, séparé d’une centaine de mètres de son portail rouillé et de la route départementale par une pelouse, est une curiosité à Rhinau. Comme beaucoup de lieux abandonnés en Alsace et en France, il est interdit d’accès. Sans pénétrer dans l’enceinte, je cherchais tout de même à m’en approcher.
En suivant un chemin au milieu des champs, il est possible de se rendre compte de son impressionnante architecture. D’ailleurs, le lieu semble attirer de nombreux visiteurs, malgré l’interdiction d’accès et la butte qui s’élève comme une muraille. Des chemins semés d’embûches, apparus après des passages répétés, sont bien visibles. Si tout le monde la voit, peu de gens connaissent son histoire.

Un vestige de guerre
Le bâtiment a été construit entre 1941 et 1942 sur une ancienne filature, alors que l’Alsace était sous le joug du Troisième Reich. Ernst Neufert, un architecte encore reconnu dans le monde entier, est à l’origine des plans de l’édifice. Ce dernier est de style Bauhaus. Il est conçu en béton armé, avec une alternance de briques rouges et de longues bandes vitrées. Ces dernières, malgré l’âge du bâtiment et son état de délabrement, subsistent toujours en grande partie. L’ouvrage a été construit pour devenir une usine de la firme berlinoise d’électrotechnique Heinrich List.

Elle était spécialisée dans la fabrication de pièces pour l’aviation militaire allemande et les missiles V1 et V2. À l’approche de la fin du conflit, elle ferme en 1944. L’intérieur est vidé et l’extérieur subit les affres du temps. Depuis 2009, le bâtiment est inscrit au titre des monuments historiques. Début d’année dernière, le lieu a refait parler de lui. La maison Osénat y a organisé une vente aux enchères de vieilles voitures et de motos.

Léo Doré

ARTICLES SIMILAIRES

LES PLUS POPULAIRES